Observatoire du Piton de la Fournaise: « la vigilance reste de mise »

Observatoire du Piton de la Fournaise:
« Le magma étant présent et stocké à faible profondeur et le milieu étant déjà extrêmement endommagé, une nouvelle recharge du réservoir pourrait déclencher rapidement sa rupture et un départ de magma vers la surface comme l’ont montré les dernières crises éruptives de 2016-2017 ». Le dernier bulletin mensuel de l’Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise laisse espérer une nouvelle éruption du volcan cette année. 

« La vigilance reste de mise », notent les scientifiques. Le 17 mai dernier, une recharge « conséquente » se produisait dans le réservoir superficiel soit à 2 km de profondeur. 

Au mois de juin, l’OVPF a également enregistré 176 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à 2 km de profondeur) sous les cratères sommitaux; 9 séismes profonds (> à 2 km de profondeur); 187 effondrements (dans le Cratère Dolomieu et au niveau des remparts de l’Enclos Fouqué); 28 séismes locaux (sous l’île, côté Piton des Neiges); et aucun séisme dans la zone océan Indien.

« Suite à une phase de ré-augmentation de la sismicité volcano-tectonique superficielle sous les cratères sommitaux début Juin, la sismicité a progressivement diminué au cours du mois pour atteindre une moyenne de moins d’un événement par jour ».


Observatoire du Piton de la Fournaise:
Des séismes profonds ont été enregistrés sous le Piton de la Fournaise, ils ont été localisés sous le flanc Est du volcan (autour de 2 km sous le niveau de la mer) et sous la partie nord-ouest extra-enclos de l’édifice.

Après l’injection de magma du 17 mai dernier, la phase de gonflement qui avait repris s’est arrêtée aux alentours de la mi-juin. « Depuis aucune déformation significative n’est enregistrée ».

« Les émissions de SO2 et H2S dans l’air au niveau du sommet sont en-dessous du seuil de détection. Les concentrations en CO2 dans le sol mesurées au niveau des stations distantes de la Plaine des Cafres et au niveau du Gîte du volcan montrent une baisse par rapport à la fin du mois dernier. A noter qu’une baisse de concentration en CO2 dans le sol est généralement observée sur les stations distantes plusieurs jours à plusieurs semaines avant une crise sismique ».


www.zinfos974.com