L’Iran négocie avec Airbus l’achat de 48 hélicoptères civils



Les Echos

Depuis la levée des sanctions internationales, le pays a déjà passé commande de 200 avions.

Fin octobre 2016, après des années d’embargo, les Etats-Unis autorisaient enfin Airbus à vendre des avions à l’Iran. Depuis, le pays ne s’est pas privé pour faire affaire avec la compagnie et son concurrent direct, Boeing.

Ce samedi, un responsable iranien a indiqué que l’Iran conduisait de nouvelles négociations avec le constructeur européen. Ces dernières portaient, toujours selon lui, sur 48 hélicoptères civils.

Hélicoptères médicaux et de recherche

« Le ministère de la Santé prévoit de commander 45 HEMS (hélicoptères de service médical d’urgence) et l’achat est négocié par le ministère des Routes et du Développement urbain », a ainsi déclaré le ministre adjoint, Asghar Fakhrieh-Kashan, cité par le Financial Tribune.

«L’Organisation des ports et de la navigation prévoit également de faire une offre pour trois hélicoptères de recherche et d’intervention », a-t-il ajouté. Un porte-parole de Airbus Hélicoptères a pour sa part déclaré ne pouvoir faire « aucun commentaire sur des discussions qui pourraient ou non exister avec des clients potentiels ».

100 appareils déjà commandés

L’Iran a déjà passé commande de plus de 200 avions depuis la levée des sanctions internationales , l’an passé, dans le cadre de l’accord sur le contrôle du programme nucléaire mené par Téhéran.

IranAir a ainsi commandé 100 appareils à Airbus, 80 à Boeing et 20 ATR à turbo-propulsion. La mise en oeuvre de ces contrats a été contrariée par certaines incertitudes sur leur financement.

ENRIQUE MOREIRA








Source link