Le Salon Beige – blog quotidien d’actualité par des laïcs catholiques: C’est arrivé un 12 août…




« Israël : la Cour suprême favorable à la GPA |
Accueil

12 août 2017

C’est arrivé un 12 août…

« A qui veut régénérer une Société en décadence, on prescrit avec raison, de la ramener à ses origines. » Léon XIII, Rerum Novarum

Alors rappelons-nous :

Porcher, abbé de Lérins en Provence, est mort en martyr avec cinq cents autres moines des mains des Musulmans.

  • le 12 août 595 : le pape saint Grégoire le Grand adresse la lettre «O quam bona» sur la simonie à l’évêque Virgile d’Arles.

  • le 12 août 1415 : débarquement d’Henry V en Normandie, au lieu-dit du « Chef de Caux ».

Le roi d’Angleterre Henry V débarque en Normandie à Chef-de-Caux dans l’estuaire de la Seine, avec une flotte de 1500 navires, de l’artillerie lourde et 30 000 hommes. Il met le siège devant Harfleur, qui tombe un mois plus tard le 22 septembre. La campagne de France s’achève avec la victoire anglaise d’Azincourt le 25 octobre 1415.

Louis de Frontenac obtient du Roi la charge de gouverneur général de la Nouvelle-France pour la deuxième fois. Après un interrègne de sept ans, le comte revient en Nouvelle-France en 1689. La situation est critique, il doit faire face à des Anglais de plus en plus agressifs. Il fait réoccuper le Fort Frontenac, conquis entre temps par les Anglais, et fait entreprendre des travaux de fortifications à Québec et à Montréal.

Il est béatifié en 1956 par le pape Pie XII.

Voir la chronique du 28 juillet.

La première carte postale française est envoyée de Strasbourg, lors du siège de la ville en 1870. Ce moyen permet de donner des nouvelles des assiégés, et est acheminé en ballon. C’est avec l’inauguration de la Tour Eiffel en 1889 qu’apparaissent les premières cartes postales illustrées. A souligner, l’invention est autrichienne. L’introduction officielle en France date du 20 décembre 1872.

Le rôle de ces commissions est confirmé rétroactivement par décret du 6 novembre 1943 ! Le 23 juin précédent le général Giraud écrit à De Gaulle :

« Selon l’expression de certains de vos collaborateurs « la France doit subir une épuration qu’aucun pays, en aucun temps, n’a jamais connue ».

Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l’intelligence et des mœurs (Editions de Chiré, page 216)

Et en application de tout ceci, en août 1944, Marcel Villard, ministre de la Justice à la Libération, déclare dans une célèbre interview :

« Désormais, le signe de la Justice ne sera plus la balance mais la mitraillette. »

Villard, communiste, avait placé près du Procureur général un certain Midol, qui, depuis son bureau voisin était chargé de surveiller ce « haut magistrat ».

En février 1945, Adrien Texier, ancien ministre de l’Intérieur, et alors chef de la police politique du général De Gaulle (DGER), fait une confidence au capitaine Dewarin, plus connu sous le nom de résistance de colonel Passy, sur le nombre d’exécutions sommaires, s’appuyant sur les rapports des préfets qu’il reçoit. Le chiffre de 105 000 exécutions sommaires, entre juin 44 et février 45, ne sera pas contesté !

Le livre noir de l’Epuration, (Editions Publications, pages 8 et 9) d’Henri Coston.


Posté le 12 août 2017 à 03h08 par Lois Spalwer | Catégorie(s): Histoire du christianisme




Commentaires





Source link