Le « monde fini » n’est pas la fin du monde, c’est celle d’une époque

Dans « Le temps du monde fini. Vers l’après-capitalisme » (Les liens qui libèrent), Geneviève Azam nous parle beaucoup plus d’un commencement que d’une fin, comme le faisait Paul Valéry dans la formule qui inspire le titre de ce livre : « le temps du monde fini commence ». (lire la suite…)