La maison du lac de Hannah Richell


Auteur : Hannah Richell
Titre VO : The shadow year
Traduction : Florence Hertz
Genre : Roman
Edition : Pocket
Parution : le 22 septembre 2016
Pages : 512 pages
Prix : 7.80 euros

*Commander sur amazon : La maison du lac*
*Chez Pocket : La maison du lac*

À 30 ans, Lila traverse une période douloureuse : une tragédie familiale impossible à cicatriser, un mariage au bord de l’implosion, une carrière au point mort. Des semaines qu’elle ne s’intéresse plus à rien, dort, pleure, s’isole, s’étiole, s’éloigne de Tom. Puis ce coursier à sa porte. Dedans, une lettre de notaires et une grosse clé. L’acte de propriété d’un bout de terrain et d’une petite maison, un don anonyme.
Intriguée, Lila décide d’aller voir et est immédiatement saisie par l’étrange impression de connaître cet endroit isolé et magnifique, d’y être liée. Comme à l’histoire de ses anciens occupants, cinq étudiants qui y vécurent clandestinement en 1980, avant de fuir en abandonnant tout derrière eux…

Encore une lecture
choisie grâce à des avis lus ici et là et grâce à un résumé
fort intrigant.

La maison du lac est
un roman qui se déroule sur deux temporalités.
Dans la
première, celle qui est la plus proche de notre présent, nous
suivons une jeune femme, Lila, ayant traversé une situation
douloureuse et par un heureux hasard (ou pas) elle va recevoir les
clés d’une maison perdue à côté d’un lac. C’est l’occasion pour
elle de prendre du recul par rapport aux tristes événements étant
survenus récemment dans sa vie. Dans la seconde temporalité, qui se
déroule dans les années 80, on suit un groupe de jeunes. La fac se
termine, mais le futur qui s’ouvre à eux ne les rassure pas. Un
après-midi passé au bord d’un lac, une maison qui le borde, va les
entraîner dans une aventure qui va mettre en jeu leur amitié. Ils
décident de rester vivre pendant quelque temps dans cette maison,
tous ensemble.

Au début de ma
lecture, je n’avais pas relu le résumé et, quand le premier
chapitre se termine (il est consacré à Lila) et qu’on bascule sur
le groupe de jeunes, j’ai été un peu déstabilisée parce que je
ne me souvenais pas que l’intrigue était fragmentée et qu’elle se
déroulait sur deux axes.
En plus je ne voyais pas le lien
entre les deux parties. On se doute qu’il y en a un, mais il reste
flou au début.
Ce lien apparaît un peu plus loin dans le récit
et il ne va faire que s’affiner au fur et à mesure de l’avancée du
lecteur. Chaque partie de l’histoire a quelque chose à apporter
ainsi qu’une ambiance qui lui est propre.
Bien que distinctes,
des points communes existent, même s’il n’est pas forcément
question des mêmes choses. Par exemple pour le groupe d’étudiants
qu’on suit, tout ne va pas être évident tous les jours. Si j’ai
des reproches à faire aux deux parties qui composent le roman, la
plus attirante reste celle de Lila parce que, avec les jeunes,
certains personnages ont fini par montrer des facettes d’eux que j’ai
tout bonnement détestées.

D’une manière
générale les personnages ne m’ont pas tant plu que ça, bien que
certains soient plus sympathiques que d’autres
, comme Mac, où
Lila dans autre mesure. Pour plusieurs, rien ne se dégage
réellement d’eux ou alors ils finissent par devenir irritables ou
détestables.
L’aventure que vont vivre les étudiants va même
renforcer des traits de caractère qui ne sont qu’au début timides,
qui sont supportables et n’amènent rien de fatiguant ou
d’inquiétant. Je n’ai par exemple pas du tout aimé l’amour que
porte Kat à Simon. Cet amour aveugle amène la jeune femme à avoir
des comportements que je n’ai pas du tout appréciés. Elle devient
une personne de moins en moins sympathique, totalement accrochée à
Simon, à vouloir son affection et à se gorger de la plus petite
attention qu’il lui donne, même si ce qu’il lui fait n’est pas
correct du tout. Les protagonistes ne m’ont pas laissé de marbre,
mais je ne peux pas dire que j’ai ressenti des élans de franche
camaraderie pour eux.

Ce roman traîne
énormément en longueur pour moi, les événements sont étirés au
maximum et les secrets que l’auteure amène petit à petit se
pressentent pour beaucoup.
Je me suis ennuyée pendant cette
lecture parce que peu de choses m’ont surprise, j’ai deviné très
souvent le plus important, et quand ce n’était aps le cas, leur
impact ne m’emballait pas tant que ça.
Si je continuais ma
lecture c’était parce que j’avais bon espoir d’être secouée , mais
ça n’a pas été le cas. Les secrets que l’auteure s’attache à
incorporer à son histoire ne sont pas tellement originaux,
et
pour la plupart, comme je viens de l’écrire, on a tout loisir d’y
penser et d’être à même de les deviner, parce que la mise en scène
pour nous amener vers eux est souvent assez transparente. J’ai
trouvé qu’en plus il ne se passait pas grand-chose et étant donné
que la psychologie des personnages ne m’a pas bien convaincue, ce
n’est pas un titre sur lequel je me suis éclatée. La fin est
pourtant assez bonne, mais elle ne fait la différence au vu du reste
du roman.

Retrouvez d’autres avis sur la page bbm du livre :

Logo Livraddict



Source link