Kevin Mayer champion du monde, Bolt rate sa sortie


Il peut et c’est peut-être mieux pour lui. Ces Mondiaux étaient sans doute de trop pour la légende qui n’était pas au top de sa forme cette saison. 

C’est l’heure de la Marseillaise pour Kevin Mayer. Main sur le cœur.

On ne sait pas qui a concocté le scénario de ces Mondiaux, mais entre la victoire du « méchant » Gatlin, l’épisode de gastro transformé en Makwalagate et la Foudre foudroyée par une blessure en pleine course, il fallait faire preuve d’une sacrée maîtrise de la dramaturgie.

La vidéo de la blessure de Bolt. Triste sortie, vraiment. Les Jamaïcains mettent ça sur le compte du temps d’attente avant le début de la course. 

Usain Bolt s’est relevé. Il ne quittera pas la piste sur une civière. Cela aurait fait mauvais genre. Les Jamaïcains n’étaient pas semble-t-il en lice pour l’or, ni même pour l’argent au moment de la blessure de Bolt. Le bronze leur tendait les bras.

Voici le podium de ce relais 4 x 100 m. 

Les Britanniques s’imposent à la surprise générale devant les Etats-Unis. Les Japonais montent sur le podium une nouvelle fois. Ils étaient deuxièmes à Rio. La Chine est quatrième. Les Français ne terminent que cinquièmes.

Bolt se blesse !! Incroyable ! Terrible sortie pour le Jamaïcain !

 

La Grande-Bretagne est championne du monde !

Bolt est allongé sur la piste, sans avoir franchi la ligne. Stupéfaction… Et les Anglais titrés. Cette finale est folle….

Tout le stade retient son souffle.

Les Français ont réalisé le 4e temps des séries en 38 sec 03. 

Fort peu probable. Mais comme on dit ici : let’s wait and see… 

En 37 sec 95, les Jamaïcains Tyquendo Tracey, Julian Forte, Michael Campbell et Usain Bolt ont réalisé le troisième temps des demies, derrière les Américains (37.70) et les Britanniques (37.76).

Justin Gatlin a l’habitude. Mais les sifflets ne sont pas aussi enthousiastes qu’au début. Pas sûr que cela ne le perturbe.

Il faut vivre dangereusement. Nous misons sur les Etats-Unis, devant la Grande Bretagne et la Jamaïque.

Les relayeurs font leur entrée sur la piste !

 

Le stade se lève pour Jimmy Vicaut. Et aussi pour Usain Bolt.

Podium du saut en hauteur féminin. L’hymne de l’IAAF est très moche. Voilà la pire sanction pour les athlètes russes, euh, les athlètes sous bannière neutre.

Ce bon Julius, champion du monde à Pékin, n’a pas franchi le cap des trois premiers essais. Il termine dernier de la finale. Mais vite, retournons du côté du relais et de la dernière course d’Usain Bolt. 

On livera le prochain épisode, promis.

Dans trois minutes et des brouettes, va arriver ce que vous savez. Comme on dit ici, ça va être le final countdown

La cérémonie du podium du 5 000 m a lieu en ce moment. Bizarrement, ce n’est pas le premier, Muktar Edris, qui est le plus applaudi, mais un certain Mo Farah…

La dernière course d’Usain Bolt débutera d’ici 10 petites minutes. Un soupçon de nostalgie nous gagne déjà.

Petit intermède au milieu de ce tourbillon de folie. Les décathloniens, certainement les athlètes les mieux sculptés…

 

Merci, c’est corrigé. Mon collègue était manifestement troublé par Yuliia… 

Le relais américain réalise la meilleure performance de l’année. 

15ème médaille pour Allyson Felix qui devient l’athlète la plus titrée lors des Mondiaux.

A priori,  les Américains, les Jamaïcains et les Britanniques sont supérieurs. Mais les Français sont juste derrière. Donc comme on dit ici : who knows…

Les Etats-Unis s’imposent grâce à Tori Bowie dans la dernière ligne droite !

 

Les Américaines devancent les Anglaises et les Jamaïcaines.

C’est ti-par pour le 4 x 100 m féminin !

Pas le temps de souffler, messieurs-dames, c’est une sorte de décathlon du live que nous sommes en train de vivre.

C’est l’heure des relais !

 

On commence par le 4 x 100 m dames. Les Américaines partent logiquement favorites de cette course.

Le public anglais n’est pas chauvin. Malgré la légère déception de Mo Farah, « seulement » deuxième du 5 000 m, il acclame le dernier essai du nouveau champion du monde du lancer du javelot, l’Allemand Johannes Vetter.

 

Sinon, on vous présente Yuliia Levchenko, médaillée d’argent du saut en hauteur. Mon camarade attend toujours Mo Farah en zone mixte. 

C’est gentil. Mais on se contentera d’une entrecôte de 400 grammes (sauce béarnaise), on est pas difficile. 

Favori de l’épreuve après la retraite de l’Américain Ashton Eaton, double champion olympique (2012 et 2016) et recordman du monde (9045 points), Mayer a parfaitement tenu son rôle et devancé les Allemands Rico Freimuth (8564 pts) et Kai Kazmirek (8488 pts).

 

Sur les dix épreuves, Mayer a battu à trois reprises ses records personnels (10.70 sur 100 m, 48.26 sur 400 m et 13.75 sur 110 m haies) et a même été, à un moment, sur les bases pour passer la mythique barre des 9.000 points, que seuls Eaton (9045 et 9039) et le Tchèque Roman Sebrle (9026) ont dépassé.

C’est le bon moment pour relire cet article publié aujourd’hui dans le vénérable journal qu’est Le Monde.

 

Notre confrère du Monde Nathaniel Herzberg nous rappelle que le nouveau champion du monde, Kevin Mayer, dit Kéké la braise, participera au Monde Festival (22 au 25 septembre) dans le débat intitulé « Lhomme a-t-il atteint ses limites ? » Un débat taillé pour le bonhomme.
 

Il ne bat pas son record son record de France établi aux Jeux de Rio (8 834). Mais avec 8 768 points, il réalise tout de même le meilleur décathlon de l’année. Donc oui, on peut qualifier ce résultat de « bon ». Et puis rappelons quand même qu’il est désormais champion du monde. 

« I’m so so tired » et « You are the most amazing public all around the world ». Kékélabraise sait y faire avec les English.

Kevin Mayer est donc champion du monde avec 8768 points. Le médaillé d’argent est l’Allemand Rico Freimuth avec 8564 points et le médaillé de bronze est également allemand avec 8488 points.

La France, avec cet or, remonte au classement des nations. Et, avec deux médailles d’or, passe de la 13e à la 6e place, juste devant la Russie. Euh, juste devant les athlètes « neutres ».

8768 points pour Mayer. 

C’est fait ! Kevin Mayer est champion du monde de décathlon !

Mayer est quatrième à un tour de la fin. Ca sent bon (contrairement à ce que vous savez…).

Plus que 400 mètres pour le Français !

 

 

On compte sur lui. Parce que sinon… 

 

 

Pour éviter la défaillance à Kevin Mayer, dit Kéké la braise, l’hymne des Kéké par la grande Brigitte Fontaine. Merci chère admiratrice de Kéké. 

 

Kekelabraise est en tête de course. C’est parti en 1’06 au premier tour. Un bon rythme pour Mayer.

Quelle surprise ! L’athlète russe, euh l’athlète neutre, Maria Lasitskene, est donc championne du monde du saut en hauteur. La sauteuse en hauteur russe, euh la sauteuse en hauteur neutre, n’aura pas la joie d’entendre son hymne national. A la place elle entendra l’hymne de l’IAAF. Pour la consoler, et comme elle lira sûrement ce live ce soir dans sa chambre d’hôtel, on lui propose l’hymne russe joué lors des Mondiaux de Moscou en 2013. 

 

C’est l’heure de Kevin Mayer !

 

La dernière épreuve du décathlon, le 1500 m, va bientôt débuter. Sauf improbable catastrophe, il va remporter la médaille d’or.

Si Kevin Mayer ne remporte pas le décathlon ce soir, on s’engage, promis-juré-craché, à engloutir goulument 10 sandwichs Tesco « bacon-lettuce » avec supplément « vinegar ». Ne nous déçois pas Kevin.

La Russe Lasitskene remporte le concours de saut en hauteur !

 

Dans le bordel ambiant, nous avons oublié le concours du saut en hauteur. La Russe sous drapeau neutre Maria Lasitskene a décroché le titre de championne du monde du saut en hauteur, effaçant une barre à 2,03 m. Elle devance l’Ukrainienne Yuliia Levchenko (2,01 m) et la Polonaise Kamila Licwinko (1,99 m).

 

Mo Farah est toujours en plein tour d’honneur. Il prolonge les adieux.

Bon, personne n’en a rien à faire visiblement ici à Londres, mais l’Allemand Johannes Vetter domine toujours le concours de javelot devant le Tchèque Jakub Vadlejch, pour cinq centimètres d’écart (89,78 m contre 89,73 m). Soit, environ, l’épaisseur d’un sandwich Tesco.

 Le coquin s’est même permis de chambrer Mo Farah en reprenant le geste de victoire du Britannique. 

 

 

 

Vous êtes impitoyables. Mais drôles. Mais impitoyables. 

Pour info, le dernier kilomètre du 5 000 m a été bouclé en 2 minutes et 20 secondes par les meilleurs. Comment vous dire ? C’est assez fou. On essaie de se renseigner sur le chrono du dernier tour, soit les 400 derniers mètres.

 

Nous n’avons qu’une parole. Même si c’est celle de mon collègue Yann Bouchez, que je ne remercie pas. 

Le podium de ce 5000 m complètement fou. 

Mo Farah est consolé par les siens en tribune. Ses enfants n’ont pas l’habitude de le voir battu. Ils pleurent dans ses bras.

Quelle surprise messieurs-dames ! Le Britannique Mo Farah ne réalisera donc pas le doublé pour ses derniers championnats du monde.

Quel dernier tour de folie ! Dans un vacarme ahurissant, Mo Farah n’a pas pu résister au rythme complètement hallucinant des derniers 400 mètres imposé par les deux Ethiopiens. Farah est deuxième, derrière l’Ethiopien Muktar Edris.

MO FARAH EST BATTU ! Il prend la médaille d’argent derrière l’Ethiopien Edris !

Mo Farah en difficulté !!

Les Éthiopiens lancent l’attaque

Dernier tour dans le 5 000 m !

Ici, entre le 5 000 m, le javelot et le saut en hauteur, on ne sait plus trop où donner de la tête…

SAUT EN HAUTEUR

 

L’Ukrainienne Levchenko, âgée de de 19 ans, vient à son tour de passer 1,99 m à son premier essai. Un scénario que personne n’attendait.

Un Australien tente de se faire la malle sur le 5 000 m. C’est aussi joli que vain…

Révélations sur la tactique de Mo Farah : il veut aveugler ses adversaires avec ses chaussures rose fluo. Comme lors du 10 000 m, où cela avait parfaitement fonctionné. A part ça, l’allure est plutôt tranquille, à 7 tours de l’arrivée.

SAUT EN HAUTEUR

 

1,99 m pour la Polonaise Licwinko qui met la pression sur ses deux concurrentes ! Elle est désormais seule première du concours.

 

 

 

 

Si jamais Mo Farah ne remporte pas ce 5 000 m, nous nous engageons à manger deux sandwichs « bacon-lettuce » immondes des supermarchés Tesco, « spécialité » londonienne. Mais nous ne prenons pas trop de risques.

L’Américain Chelimo imprime un rythme rapide. « Il impose sa loi » nous dit même Patrick Montel. Et quand Patrick Montel dit quelque chose, on se tait et on écoute !

C’est ti-par pour le 5 000 m !

 

 

Le record de Kevin Mayer, alias Kekelabraise, à la perche est de 5,40 m. Il l’a établi à Rio, où il fait souvent beau et chaud, selon la célèbre contrepèterie belge. 

Mo Farah vient tenter le doublé, après sa victoire sur 10 000 m. Mais c’est bon cette fois, les boules Quies sont prêts. Pour rappel, ce sera sa dernière course sur piste. Après il s’orientera vers le marathon.

La finale du 5 000 m masculin va bientôt débuter

 

Mo Farah est acclamé par la foule.

 

Regardez à gauche du live, nos noms sont indiqués. En direct de Blanqui, il y a Max Golden Baum, et à Londres, Toni « Herr Nandez » et Yann « Bouchezinho ». Pour vous servir.

Très bonne question, Ulfnulf, mais on ne vous remercie pas vraiment de nous l’avoir posée, car elle nous donne quelques maux de tête. Un écart de 100 points représente environ 15 secondes sur 1 500 m (soit entre 80 et 90 mètres, mais ça dépend de la vitesse à laquelle on court). On vous laisse sortir la calculette. Mais en gros, sachez qu’à moins d’une chute ou d’une gastro foudroyante, Kevin Mayer est assuré de l’or.

SAUT EN HAUTEUR

 

L’Ukrainienne Levchenko passe les 1,97 m et rejoint la Russe Lasitskene en tête.

Bonsoir Mathieu, et merci. Petite précision : ce sont les images de la TV suédoise qui complètent parfaitement notre live.  

Harrison, forte ! Mais pas trop ce soir… L’Américaine n’est pas sur le podium malgré un départ canon. Elle termine quatrième.

L’Australienne Sally Pearson est championne du monde !

 

Elle devance l’Américaine Harper Nelson et l’Allemande Dutkiewicz.

C’est l’heure de la présentation des sprinteuses du 100 m haies. Attention, ça va aller vite après. 12 secondes et des poussières.

On a bien vérifié : il y a bien dix rangées de haies pour le 100 m haies. Tout va bien donc, avant la finale. Parmi les favorites, les Américaines Kendra Harrison, Dawn Harper ou Nia Ali. Un conseil pour les concurrentes : qu’elles ne s’inspirent pas de ce hurdler chinois… Un vrai génie, à vous de juger.

 

La finale du 100 m haies féminin débutera dans 5 minutes

Nous venons de perdre 30 % de nos capacités auditives. La raison ? La Britannique Katarina Johnson Thompson vient de franchir 1,92 m. On n’ose imaginer ce que ça donnera à la prochaine barre, si elle la passe. Pour plus de sécurité, nous allons illico acheter des boules Quies, d’autant que le vacarme s’annonce costaud pour Mo (Farah).

Le podium de lancer du marteau se déroule actuellement. Deux Polonais, un Russe sous bannière neutre, les pays de l’est sont à l’honneur comme d’habitude. Il ne s’en est pas fallu de grand-chose qu’un homme de l’est… de la France, le Lorrain Quentin Bigot, ne bouleverse l’ordre établi. Quatrième, il a échoué d’un rien à succéder à Paul Winter, seul lanceur français (masculin) médaillé lors d’un grand championnat. C’était lors des Jeux de 1932 à Los Angeles au disque.

SAUT EN HAUTEUR

 

La Russe Lasitskene vient de franchir 1,95 m. La meilleure performeuse de l’année est la première à franchir cette barre. Nos spéciaux vous expliquent pourquoi le titre ne devrait pas lui échapper :

 

L’ambiance est pour le moment normale dans les tribunes. Mais à 21 h 20, quand Mo Farah se présentera pour un nouveau doublé 5 000-10 000 m, cela risque bien d’être incroyable. Le coureur britannique est adulé par ses compatriotes.

Cette fois, c’est la « der ». En fin de soirée, Usain Bolt tentera de poser la cerise sur un gâteau londonien jusqu’à présent un peu amer, lors du relais 4 x 100 mètres des championnats du monde, son ultime apparition en compétition. Battu en finale du 100 m par les Américains Justin Gatlin et Christian Coleman, samedi dernier, le sprinteur aux onze titres mondiaux espère en ajouter un douzième et ne pas se contenter de réussir son tour d’honneur. La tâche s’annonce délicate.

 

Retrouvez l’excellent article paru dans l’excellente édition du Monde aujourd’hui, et écrit par notre excellent envoyé spécial dans l’excellente ville de Londres. C’est excellent.

 

Tandis que la chanson Loca, et toutes les autres musiques, en grande partie insupportables, crachée par la sono du stade olympique, nous rendent fou. La tendance à diffuser de la musique, pour un oui ou pour un non, dans les enceintes sportives est désespérante. Et comme il n’y a pas de raison que nous soyons les seuls à en profiter…

Mayer, strappé au bras droit, a donc réalisé 66,10 m à son premier essai au javelot puis a fait l’impasse sur son deuxième jet. Son troisième lancer n’a pas été mesuré. Le Français compte près de 200 points d’avance sur l’Allemand Rico Freimuth (7894) avant le 1 500 m, épreuve qui conclut le décathlon. La troisième place est occupée par un autre Allemand, Kai Kazmirek (7796 pts). 

 





Source link