Franchises médicales : la solidarité invoquée pour creuser les inégalités

Le discours présidentiel sur les franchises médicales est un bon exemple de démagogie visant à faire passer des politiques profondément injustes pour des mesures solidaires. Voici à peu près le dilemme du Président :

Entretien imaginaire

« Mon objectif est de réduire les dépenses publiques, dont les dépenses sociales. Mais certaines de ces dernières ne peuvent pas être aisément amputées, et des besoins nouveaux s’affirment (concernant par exemple les personnes âgées et la santé), y compris dans mon électorat, auquel j’ai dû faire des promesses. Je dois les financer (alors que par ailleurs je réduis les recettes par de multiples baisses d’impôts et de cotisations sociales), mais sans que les entreprises et les catégories aisées soient mises à contribution à titre principal. C’est le B-A-BA de ma politique de classe néo-libérale »…

« Donc les ménages non riches, qui sont la grande majorité, vont faire les frais de mesures que je dois pourtant défendre au nom de l’intérêt général. C’est une tâche bien délicate. Comment vais-je justifier les franchises au nom de la solidarité ? » (lire la suite…)