Économie de la confiance, économie du bonheur : pas sérieux, s’abstenir

En général, je suis plutôt défiant vis-à-vis de l’économie de la confiance dans ses usages courants, médiatiques ou pseudo-savants (j’ai déjà évoqué le livre de Algan et Cahuc sur « la société de défiance » dans un billet du 11 mai 2009). Et pour des raisons semblables, l’économie du bonheur ne me rend pas particulièrement heureux, (lire la suite…)