Des crèches partout ! C’est fini…

En cette veillée de Noël, où chacun se prépare corps et âme à l'accueil de l'Enfant-Dieu Sauveur du monde, l'heure est au bilan de l'opération "Des crèches partout" sur le Salon beige.

J'entends d'ici les "ouf" de soulagement des rares d'entre vous qui ont trouvé cette rubrique un peu (très ?) envahissante. Quatre très exactement l'ont exprimé ouvertement, et leur franchise doit être saluée (et plus encore ceux qui ont su garder pour eux ce désagrément !)

Mais ce qui doit être surtout salué, c'est la participation massive des lecteurs, grâce auxquels nous avons pu constater qu'en France, malgré les efforts d'un régime politique sans foi ni loi, la crèche était… vraiment partout. Loin d'une opération de propagande ou de provocation, comme certains ont pu le penser, la rubrique "des crèches partout" était destinée à prouver que dans la France entière, Noël, c'est encore et toujours la crèche.

La crèche c'est vrai, appartient au patrimoine des Français, croyants ou non, pratiquants ou non. Mais aussi, la crèche, à travers la Sainte Famille, permet à chaque famille d'être publiquement représentée. C'est peut-être cela qui dérange tant nos politiques "fanatiquement laïques" : cette résistance à travers des personnages de terre cuite, de bois, de plastique, de paille ou de plomb, d'une entité qu'ils s'acharnent à détruire avec tant d'inventivité, LA Famille. La Famille, composée d'un homme et d'une femme. Et l'Enfant, qui est don de la vie, qui est la Vie. La fête de Noël, la vraie, celle du mystère secret du don total de l'Amour, rejaillit sur les époux, qui sont aussi parents, dans cette trinité qui les dépasse, et leur donne cette force mystérieuse car si faible en apparence : ceux qui n'y croient pas, ne l'acceptent pas, n'y comprennent rien. Ils utilisent des armes qu'ils croient imparables : la loi, le paravent de la laïcité, la force brutale, la prison peut-être un jour. Mais c’est en vain qu’ils brandissent leurs armes dérisoires, car quoiqu'ils en veuillent, l'Enfant est né pour toujours, et par/avec/en Lui, chaque famille devient la Sainte Famille.

Noël n'est pas mort, tant que nous aurons au coeur la tranquille sérénité de la crèche et que nous aimerons et défendrons la Famille, faite à son image.

Alors, merci à tous d’avoir joué le jeu des « crèches partout ». Je présente mes excuses à ceux dont les photos n’ont pas été publiées : elles étaient si nombreuses que je n'ai pas pu les publier toutes. Joyeux Noël !

La suite et d’autres publications de ce blog sur lesalonbeige.blogs.com