Des abeilles, des hommes et du PIB

S’il avait été pris au sérieux, l’article du magazine Les Échos du 20 août aurait dû provoquer une panique collective mondiale. Titre : « La mort des abeilles met la planète en danger ». Sous-titre, pour en rajouter dans l’horreur : « Les abeilles s’éteignent par milliards depuis quelques mois. Leur disparition pourrait sonner le glas de l’espèce humaine. ». Fin d’article, pour enfoncer le clou : « Il y a cinquante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l’homme : « Si l’abeille disparaissait du globe, avait-il prédit, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre. »
Pourquoi tant d’indifférence devant l’annonce de la disparition possible, sinon imminente, de deux espèces : l’abeille et… l’homme ? (lire la suite…)