Home » Science et High-Tech » ★ Sur la route

★ Sur la route

Découvrir un lieu et la micro-culture qui l’habite. Que l’on vient augmenter et réduire à la fois. Les mêmes automatismes pour la survie du groupe. Les mêmes isolements pour la sienne.

Songer au nomadisme lent sans fantasmer celui des premières nations. L’envisager avant de réaliser le nombre de peurs qui alourdissent son propre sac. Se définir par ses escales et se nourrir de ses mouvements. S’embellir de ses contradictions.

Ponctuer son chemin de déchets. Le coût du nomadisme parmi les sédentaires. Ne pas être capable de quantifier son inadaptation. Réfléchir aux tensions qu’Ellul oppose aux adaptations. Ces dernières définissant pour moi l’intelligence et pour lui le confort. La route devra être longue pour aller au bout des ces concepts. En espérant secrètement qu’il n’y en ait pas mais qu’elle soit ponctuée de quêtes d’essence. De sens. Sans interdits.

Accepter d’autres façons d’appréhender le monde. De prendre soin de son monde en tolérant d’autres mo(n)des de pensées. S’intégrer en étant constructif dans un univers en auto-destruction. Des mots ne suffiront pas à calmer ces maux. Rouler au bout de ce monde pour contempler sa fin. Refaire le monde tout en participant à l’e-monde. Rêver d’une histoire sans faim.

Faire un dernier tour de campement pour ne rien oublier. Ne plus savoir si on continue d’avancer pour se retrouver, se fuir ou s’oublier soi-même. Déconnecté, mais de qui ? Des connectés sans acquis.

La suite et d’autres publications de ce blog sur larlet.fr/david/blog/